Chapitre 5 partie 2

_Il y a eu le bruit d'aujourd'hui rajouta Marek. Je suis sûr que c'était une explosion !

_Oui, c'est peut être lié, mais je ne suis sûr de rien.

On aurait dit que nous étions ces chasseurs de mystères dont on voit parfois les documentaires.

_C'est peut être des extraterrestres qui font une expérience sur toi ? demanda sérieusement Marek.

Je ne m'étais jamais posé la question des petits hommes verts ni des fantômes. En fait, en étant parfaitement honnête avec moi même, je ne m'étais pas beaucoup posé de question sur le « qui ? » mais plutôt sur le « pourquoi ? »

Nous restâmes silencieux. Chacun devait penser à sa propre théorie. A tête dans les nuages, je regardais défiler la route. Quand j'étais petit, j'adorais imaginer mon père s'arrêtant sur la bande d'arrêt d'urgence et m'imaginer partir à pied par delà ces collines sur la routes dont on ne peut que deviner le paysage qui se trouve derrière. Je me demandais jusqu'où on irait si on prenait la voiture et qu'on allait toujours tout droit.

J'y pensais à chaque fois que je prenais la route.

 

Marek gara sa voiture sur le parking du resto qui se trouvait juste à côté de l'entrée de la casse. Cette dernière se trouvait juste à côté d'une nationale où les voitures filaient à toute vitesse.



Marek gara sa voiture sur le parking du resto qui se trouvait juste à côté de l'entrée de la casse. Cette dernière se trouvait juste à côté d'une nationale où les voitures filaient à toute vitesse.

Nous sortîmes tous de la voiture en même temps et laissâmes nos sacs à l'intérieur.

_Bon, on va demander à quelqu'un où se trouve la carcasse de la voiture de Nat'? demanda Yann.

_Il vaudrait peut être mieux la chercher par nous même, non ? Cela pourrait faire bizarre, je trouve répondit Tania.

_Ah oui ? Parce que tu sais quel voiture avait Nataniel ? rétorqua Yann, avec un grand sourire.

Marek et David, devant nous, s'arrêtèrent en même temps pour se tourner vers moi.

_Tu ne sais pas quel bagnole il avait ? m'interrogea David, effaré.

_Attends, me défendis-je, je ne le connaissais pas depuis longtemps ! 

J'ouvris la porte du magasin à Tania, puis entrai juste derrière. Des tas de pièces détachées étaient exposées sur les étagères.

Un vieux bonhomme plutôt enrobée et couvert de cambouis, la clope au bec, le torchon dans les mains nous fit un signe de la main en signe d'accueil.

David s'avança doucement et parla d'une voix faible afin de demander la voiture de Nataniel.

_Nataniel qui ? questionna le vieil homme devant l'hésitation de David à trouver un nom qu'il ignorait.

Il se retourna vers nous, blanc, le visage décomposé par la surprise.

_Vincent dit Tania. La voiture d'un certain Mr Vincent. Heureusement que j'écoute quand on fait l'appel se justifia-t-elle, toute fière.

L'homme, sans vraiment poser de question, à notre grand soulagement, se tourna vers un pc vétuste et commença à tapoter à deux à l'heure sur un clavier qui tenait va savoir comment en un seul morceau.

Au bout de plusieurs minutes, il se leva, retira la clope de sa bouche et nous dit qu'aucun Mr Vincent n'avait eu à donner ou vendre sa voiture ici.

« C'est la seule casse de la région. J'comprends pas. »

_Vous êtes sûr ? voulu savoir Yann. Vous n'avez pas eu une voiture il y a quelques semaines suite à un accident sur la départementale 31 ?

_Celui-là d'accident ? bailla l'homme en reprenant la cigarette là où il l'avait laissé. Je suis sensé recevoir la voiture, mais pas avant que les gendarmes aient fini leur enquête.

Nous échangeâmes tous un regard blasé, avant de remercié l'homme poliment malgré son manque d'utilité.

Nous prîmes place dans la voiture, en silence. La voiture démarra et rejoignit la nationale.

Au bout de quelque minutes, le silence se brisa par l'intervention de Marek.

_J'suis deg.

_Ouais, moi aussi soutien David. On est trop des loosers.

C'était effectivement la loose totale. On savait que l'accident était louche, mais on n'avait même pas pensé au fait que la gendarmerie pouvait mener une enquête.

« On est trop nuls. »

_Je pige pas pourquoi la gendarmerie fait une enquête.

Je me rendis compte que les détails que les gendarmes m'avaient donné n'étaient peut être pas passé par la presse. Stupéfaits, ils écoutèrent alors la description que les gendarmes m'avaient faite de la voiture de Nataniel après l'accident.

Bien sûr, après cela, j'étais pris pour responsable de la balade inutile qu'on avait fait jusqu'à la casse.

Je me défendis à disant que Yann était au courant, et que cela avait permis de mieux se connaître.

_Mieux se connaître ? Parce que griller le carburant de ma bagnole, c'est mieux se connaître ?

Tout le monde rigola un bon coup. C'est vrai que c'était vraiment mauvais comme plan. On était trop sûrs de se la jouer enquêteurs du para-normal et on sortait de là bredouille et totalement blasés.

« Il faut vraiment qu'on fasse plus de virées comme ça ! »

_Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? demanda David. 

_Nous irons demain voir Nat' à l'hôpital répondis-je, songeur.



Voir Chapitre 6


29/11/2006
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres