Chapitre 6

Chapitre 6 : L'explosion

 

 

 

 

Le fait que Marek râla tout le trajet du retour au volant de sa voiture ne l'empêcha pas de nous raccompagner chacun notre tour chez nous. Ce fut d'abord le tour de Tania d'être déposée devant chez elle.

Seuls dans la voiture, aucun des mecs de la voiture ne se risqua à faire un commentaire sur Tania. Nul besoin de parole pour savoir qu'elle plaisait à chacun de nous. Il fallait dire que si on aimait pas son caractère un peu particulier, son physique pouvait facilement mettre tout le monde d'accord.

Je fus le suivant à être raccompagné. Je les remerciai avant de quitter le véhicule.

Mon sac en main, j'avançai vers la grille, en pensant rapidement au mensonge que j'allais dire à mes parents afin qu'ils ne s'inquiète pas.

J'imaginai en ouvrant la grille une virée entre potes en ville.

« Ouais, exactement. Une virée. On s'est promené en ville, juste pour se balader un peu. »

J'ouvrais la porte d'entrée en ayant l'air le plus naturel possible.

Ce n'était pas facile de se dire que l'on cachait délibérément quelque chose à ses parents. Dans ce cas précis, cela leur rendait service.

« A moins que cela soit moi et personne d'autre à qui je rende service… »

J'entrais dans le salon où la table avait été mise.

_Coucou ? appelai-je.

Une réponse masculine se fit entendre du premier étage. Mon père descendit les escaliers sans manquer de me demander comment était ma petite balade avec mes amis.

_Bien répondis-je sans trop m'étendre. Où est maman ?

_Elle est dans le garage, elle fait la lessive.

Mon père s'installa à sa place à table, se servit un verre d'eau, puis attrapa les commandes de la télé et l'alluma.

C'était comme ça, chez nous. Ma mère acceptait les tâches, à condition que tout objet mécanique ou électrique quel qu'il soit dans la maison fonctionne correctement. Et ça, c'était la tâche de mon père.

La télé s'alluma sur les informations. Toujours les mêmes journalistes avec leurs atrocités quotidiennes.

_…Explosion dans les eaux internationales en Océan Atlantique… On ne connaît pas l'origine… Les habitants des côtes françaises ont peur qu'un tsunami déferle sur la France dans les prochaines heures.

_Ils ne pensent pas que la vague va se déplacer comme une onde et attendre aussi les Etats Unis, ils s'en foutent de ça ! s'énerva mon père.

« L'onde de choc de cette après midi… »

J'augmentai le volume à la fois pour être sûr de tout entendre et pour faire taire mon père qui s'était lancé dans les commentaires sans fin dont j'avais moi aussi le secret.

_… Aucune trace de radioactivité n'a été décelée dans cette explosion de puissance équivalente à celles de 500 bombes atomiques.

Ils avaient le chic pour en mettre trois tonnes dès que le spectacle en valait la peine. Pour les attentats en Irak, il n'y avait guère plus qu'une annonce, mais lorsqu'il s'agissait d'un truc style le salon de la coiffure, là, on avait droit à un reportage télévisé. Après tout, nous n'étions pas des gens à informer, mais des spectateurs voulant être divertis.

« Honte à nous. »

Je tentai toute fois de me reconcentrer sur leur tentative d'explication de ce fait scientifique.

_L'explosion a, d'après les images satellites, expliqua le scientifique avec images à l'appui , a creusé pendant quelques secondes une sorte de trou en plein milieu de l'Océan Atlantique que l'eau n'a pas tardé à vite remplir.

_Peut-on s'attendre à de graves conséquences sur les populations ?

_Oui, tout à fait. D'ailleurs, une vague d'une dizaine de mètres de hauteur se déplace actuellement vers les eaux françaises, notamment.

La détonation a été totalement spectaculaire puisqu'elle a pu être entendu par un vingt-quatrième du globe terrestre, soit une détonation à peine deux fois plus faible que celle du Krakatoa le 27 août 1883 qui a pu être entendu sur un douzième de la planète et qui est à ce jour, la plus assourdissante des explosions !

Le scientifique laissa alors la parole à la journaliste qui continua son sujet avec la maîtrise de la situation par les autorités et un discours de Jacques Chirac qui évoqua une évacuation partielle des côtes, ainsi qu'un démarrage d'enquête sur l'origine de ce mini cataclysme.

Ça faisait froid dan le dos une explosion de telle ampleur, d'autant plus que l'eau n'était pas mon élément.

J'imaginai malgré moi la chose et fus pris presque immédiatement de frissons. Cette masse inimaginable d'eau s'approchant des côtes…

_Vous êtes sur la une ? dit ma mère en fermant la porte de la buanderie.  C'est la deux qu'il faut mettre !

Mon père s'exécuta sans broncher. C'était l'habitude de ma mère que de regarder la météo sur la 2. Seulement, ici aussi, il parlait de cette explosion.

_Ce qui est remarquable, expliquait un autre scientifique, c'est le son qu'on a pu entendre suite à cette explosion. En effet, il semblerait presque entendre un cor, qui est un instrument à vent…Il est vrai qu'un danger réside dans la vague qui s'approche des côtes et atteindra celles françaises demain matin, vers les 9h…

Il suivit ensuite une espèce de démonstration avec le déplacement de la vague et son entrée dans le territoire.

Une fois ses explications terminées, le journaliste précisa que la théorie de teste d'une nouvelle arme n'était pas exclue, et que c'était peut être un test pour de futurs attentats terroristes d'un nouveau genre, se servant de la nature pour faire des dégâts à grande échelle.

_D'après une source non officielle, les services secrets français mènerait actuellement une enquête afin de déterminer la cause de cet évènement.

_Si les services secrets s'en occupent, c'est que ça doit être très sérieux s'enquit mon père.



24/11/2006
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres