Il y a six mois et aujourd'hui

Ce que j'aime par dessus tout, c'est de commencer un article.
Les doigts sur le clavier, le regard vide, tourné vers l'écran et cette furieuse envie de marquer tout ce qu'il nous passe par l'esprit. En fait, si je devais écrire réellement ce que je pensais, je crois qu'il n'y aurait qu'une suite rapide de mots, sans aucun sens particulier. Vous savez, un truc qui pourrait donner :

Bonjour, faim, manger, digestion, 5000, 19000, heureux, anniversaire, Paris, stage, web, communication...

On a presque d'autres fois envie d'écrire l'article comme on écrirait le roman : avec style, que les phrases puissent sonner comme des accords :


Les doigts martelaient sans vergogne les touches du clavier, s'enfonçant brutalement, claquant sèchement au fil des mots. Ces derniers filaient aussi vite qu'ils le pouvaient, suivant les idées, les rêves et les pensées profondes de leur propriétaire. Aussi auraient-ils, s'ils avaient pu, rattrapé le flot incessant qui jaillissait de l'esprit. C'était sans doute pour cela que certaines lettres peu désirables s'immisçaient dans les mots, les rendant faux, mal écrits.
J'imaginai que ces erreurs venaient de lettres trop pressées d'apparaître pour attendre le mot dans lequel elles avaient leurs places.



Enfin, je pourrais écrire simplement, qu'il y a six mois, j'ai cessé d'écrire sur ce blog jusqu'aux quelques articles que vous avez pu lire récemment. Mais durant ces six mois, il s'est bien passé quelque chose ! Mais quoi ?
La réponse est très simple, je suis partis à Paris, pour un stage de deux mois et demi. J'y ai travaillé dans une agence de communication spécialisée dans les jeux vidéo publicitaires. J'y ai également fait la connaissance du métro parisien.

 

C'est en voyant ce jour de grève qu'il m'est venu à l'esprit d'écrire cet article. Mais pas seulement, en réalité. Je me suis également mis à écrire la quatrième et cinquième nouvelle. Oui, oui.
En même temps, pour celles et ceux qui ne connaissent pas l'enfer du métro-boulot-dodo, il n'y a rien de plus... étrange, que de voir tout ces gens, vides de sourire, marcher comme des zombis vers leurs lieux de travail.
Ce fut une expérience inoubliable, qui m'a beaucoup servit depuis dans l'écriture.

Vaincu moi-même par la morosité des transports en commun, c'est cette dernière que j'ai mis en retrait jusqu'au mois dernier. Maintenant, je reprends l'écriture du tome 1, à mettre en place des éléments divers et variés pour le projet... Enfin bref, à bosser, quoi !



PS1: Vous vous rappelez, au tout début, lorsque j'avais dit que je voulais travailler dans le jeu vidéo ? Et bien aujourd'hui, je suis en stage à Ubisoft Montpellier. j'y bosse en tant qu'assistant chef de produit international !


PS2: Je vous ai dit que c'était mon anniversaire le 24 août ? Comment ça vous vous en foutez !?

PS3: J'ai eu de chouettes cadeaux =) (ça, par contre, vous pouvez vous en moquer.)

Enfin, je ne doute pas une seule seconde que parmis les cinq (milles) personnes qui passent sur ce site, certaines écrivent parfois... Alors, il inspire ou pas, le métro parisien ?


26/08/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres